Ce bilan n’est pas demandé systématiquement. La perte de sang est très minime lors d’une FUE. Une prise de sang est parfois demandée lors de la consultation initiale si le médecin la juge indispensable. Dans ce cas la prise de sang n’est pas remboursée par l’assurance maladie.

L’interrogatoire et l’examen clinique sont généralement suffisants pour poser un diagnostic d’alopécie androgénétique et évaluer le nombre de greffons nécessaires en vue d’une FUE. Un examen par micro-caméra est également réalisé dans certains cas. L’analyse numérique des photos permet de déterminer la densité de cheveux, leur nature (épaisseur) et suivre les résultats après traitement. La réalisation d’un trichogramme est uniquement proposée dans les alopécies diffuses chez la femme et les effluviums télogènes rebelles.

Non. Un traitement antibiotique en flash (3 g d’Amoxicicilline ) 1 heure avant le FUE est cependant préconisé chez certains patients « fragiles » ( diabète, maladie virale chronique,…).

<em>L’arrêt du tabac est toujours conseillé, au moins 1 mois avant et pendant le mois suivant la greffe. La vascularisation cutanée étant meilleure, le résultat de la FUE est très amélioré.</em>

<em>Elle est très simple:</em>
<ul>
<li><em>Arrêt du Minoxidil® 1 mois avant la FUE. La reprise de ce traitement se fait 1 mois après la microgreffe,</em></li>
<li><em>Le Finastéride (Propécia®) et les traitements chroniques éventuels sont maintenus,</em></li>
<li><em>Pas de prise d’aspirine ou d’anti-inflammatoire (y compris l’Ibuprofène) durant la semaine précédant la FUE,</em></li>
<li><em>Shampoing la veille ou le matin de l’intervention (une douche à la Bétadine® est totalement inutile),</em></li>
<li><em>Prendre un petit déjeuner léger avant la FUE.</em></li>
</ul>

Théoriquement il est possible de reprendre une activité professionnelle immédiatement après la réalisation d’une FUE. Mais en pratique nous conseillons aux patients travaillant en milieu souillé ou peu propre, de prévoir quelques jours de repos ( 3 à 7 J) après la FUE. Le port d’un chapeau ou d’une casquette large est également possible.

Oui. Cependant cette FUE doit être réalisée en tenant compte du caractère évolutif de l’alopécie. Il est donc indispensable, parallèlement à la pratique de la FUE, de préserver les cheveux encore en place grâce à un traitement médical au long cours (Minoxidil® et/ou Finastéride).

Une FUE en Turquie ou encore en Asie, c’est un peu comme jouer à la loterie, le meilleur est possible, mais le pire aussi…. Il est évidemment tentant d’envisager une FUE à l’étranger lorsque les tarifs annoncés sont très bas.

Toutefois la FUE comme la FUT sont des techniques qui nécessitent une grande compétence médicale et une expérience approfondie. En particulier il est primordial de préserver son capital de greffons dans la zone donneuse (cf Q11).

Avant de se faire pratiquer une greffe de cheveux à l’étranger il est utile de se poser les bonnes questions et d’obtenir les réponses avant de partir :
<ul>
<li>Connaissez-vous le praticien qui va réaliser la FUE ?</li>
<li>Une consultation initiale est-elle proposée avant la greffe. Ce RDV est capital pour la suite.</li>
<li>Avez-vous calculé l’ensemble des frais d’une FUE à l’étranger (honoraires FUE, hospitalisation de jour éventuelle, frais de transport et d’hébergement) ?</li>
<li>Le praticien a-t-il souscrit une responsabilité civile professionnelle valable en France ?</li>
<li>Comment sera assuré le suivi post-greffe ?</li>
</ul>

Très médiatisée cette « nouvelle » technique ressemble furieusement aux classiques greffes de cheveux en « champ de poireaux ». Très pratiquée dans les années 70 et 80 cette technique, ancêtre de la FUE, utilisait des gros punchs de 2 ou 3 mm (0,9 ou 1mm pour la FUE moderne), permettant le prélèvement simultané de plusieurs follicules. L‘intérêt principal de cette ancienne technique recyclée dans quelques centres est sa rapidité d’exécution. Les inconvénients sont par contre bien réels : cicatrices de prélèvement visibles et surtout aspect trop régulier, non naturel, d’implantation des cheveux en « champ de poireaux ».